Lettre de M. Daniel Lossky à Mgr Jean (Renneteau)

Le Christ est ressuscité!
Cher Monseigneur Jean,
Bénissez,

Permettez-moi de donner ici mon point de vue au sujet de la proposition de solution alternative pour l’avenir de l’Archevêché. Vous pouvez le diffuser à une plus large audience si vous le jugez opportun.

Cette déclaration ouvre à de nombreuses réflexions, interprétations et analyses. On peut, sans doute, y trouver des faiblesses dans certaines formulations, notamment la terminologie canonique. Sans avoir été impliqué dans sa rédaction, j’y joins ma signature parce que j’approuve l’intention et l’esprit que j’y perçois. Je ne considère pas que ce texte présente la forme canonique exacte dans laquelle pourrait vivre notre Archevêché. Il donne une impulsion non une définition. De plus, la question de canonicité restera toujours pendante, tant que le problème global de l’orthodoxie en Europe occidentale (et ailleurs) n’aura pas été réglé, en accord avec toutes les Églises orthodoxes du monde. Le concile de Crète le rappelle en affirmant que la situation actuelle est « transitoire » en attendant « l’application de l’acribie canonique » (« La diaspora orthodoxe », 2a et 1b). La vie de l’Eglise se poursuit, néanmoins depuis un siècle.

Dans la situation critique de l’orthodoxie et de notre archevêché en particulier, il me semble que cette déclaration permet de réaffirmer que
1/ l’Eglise est un fait de communion (il ne s’agit donc pas de chercher à isoler l’Archevêché d’aucune Église et en tout cas pas de l’Eglise de Constantinople qui a joué un si grand rôle dans son histoire et dans l’histoire de l’Église) ;
2/ la communion en Christ des natures divine et humaine n’altère pas la diversité et l’intégrité des personnes (l’obéissance à une autorité ecclésiale ne peut nier la conscience personnelle ou collective des fidèles. Nous pouvons subir l'abrogation du statut d'Exarchat de notre Archevêché, voulue par certains hiérarques, mais non l’approuver.);
3/ il existe dans l’ecclésiologie orthodoxe de nombreuses modalités concrètes d’organisation qui permettent de vivre cette communion dans (et par) la diversité.

Ces points peuvent sembler contradictoires, mais c’est là le noeud. Mieux vaut chercher à démêler avant de trancher. Cela peut, certes, sembler naïf ou illusoire, d’espérer que le patriarcat de Constantinople nous aide à résoudre cette situation, mais peut-être notre voix trouvera-t-elle des intercesseurs et des alliés, ici-bas ou dans les cieux.

Enfin je voudrais ajouter que depuis le 23 février 2019, vous n'êtes pas un évêque gyrovague, n'ayant pas été démis par l’autorité ecclésiale qui vous a donné mandat. Lors de votre ordination, ce n’est pas le texte Tomos de 1999 que l’on a posé sur votre tête, mais celui de l’Évangile. Dès lors, même avec un statut incertain, vous demeurez un évêque du Trône oecuménique, lié organiquement à la hiérarchie canonique du Patriarcat oecuménique.

Filialement en Christ ressuscité,
Daniel Lossky

10 mai 2019

Letter of Mr Daniel Lossky to Archbishop Jean (Renneteau) concerning the alternative proposal for the future of the Archidiocese

Christ is risen!
Dear Bishop John,
bless.

Please allow me to express my point of view concerning the alternative proposal for the future of our Archidiocese. If you deem it appropriate, you can spread this email to a larger audience.

This statement can certainly inspire lots of reflection, interpretation, and analysis. One might certainly stress certain weaknesses in the formulation, particularly in the canonical terms. I wasn’t involved in drafting this, but I attach my signature to it because I approve the intention and the spirit behind the message.

I don’t consider this text as describing the exact canonical way of living of our Archidiocese. It provides a starting point, not a definition.

Moreover, the canonical question will always be pending, as long as the global problem of Orthodoxy in Western Europe (and elsewhere) hasn't been solved by all Orthodox Churches of the world.

The Council of Crete reminds us, defining the current situation as « transitional », before is applied « the canonical exactness (akribeia).» (« The Orthodox Diaspora », 2a and 1b).

Meanwhile, the life of the Church has continued, for almost one century. In the critical situation of Orthodoxy and of our Archidiocese, this declaration reminds us of three key elements:
1. That Church is about communion (the intent is not to isolate the Archidiocese from any other Churches, especially from the Church of Constantinople, which has enormous historical importance for the Church).
2. In Christ, the communion of human and divine natures respects the diversity and the integrity of persons (obeying the ecclesial authority cannot deny the personal or collective conscious of the faithful. We might be obliged to deal with the revocation of the 1999 Tomos desired by certain hierarchs, but we cannot approve it).
3. Orthodox ecclesiology has many types of concrete structures that serve the living of communion through, and by, diversity.

One might consider the above points in contradiction with one another, but this is where the rubber meets the road: Better to untangle this contradiction than to cut parts out entirely. It may seem naive or delusional to hope that the Ecumenical Patriarchate would help us resolve our situation, but we can hope our voice will maybe find some intercessors and allies, on earth or in heaven.

Finally I would like to remind you that, since the 23rd of February, you are not a vagans bishop. You were not dismissed by the ecclesial authority who sent you. During your ordination, it was not the text of the 1999 Tomos that was held on your head, but the Gospel. So, even with an uncertain status, you remain a bishop of the Ecumenical Throne, organically linked to the canonical hierarchy of the Ecumenical Patriarchate.

Respectfully in risen Christ,
Daniel Lossky

10th of may