Lettre ouverte du professeur Michel Sollogoub, ancien secrétaire du Conseil de l'Archevêché et ancien président de l'ACER-MJO

Le régime russe actuel n'est qu'une autre forme de régime soviétique (sans le communisme). Aussi, le passage éventuel de notre diocèse au Patriarcat de Moscou serait une catastrophe que nous refusons : Nous ne pouvons vivre dans le mensonge, avec d'un côté les puissants et les riches et de l’autre les persécutés et les pauvres... et ceux qui les défendent.

Quelques noms parmi les plus connus qui ont fait l'objet de persécutions de la part du régime russe actuel :

  • -Anna Politkovskaya qui a dénoncé les liens du régime tchétchène avec Poutine et qui en est morte, assassinée,
  • -Oleg Sentsov, cinéaste, condamné à 15 ans de camp pour ses films,
  • -Youri Dmitriev, présidant de la branche carélienne de "Mémorial", toujours emprisonné pour avoir retrouvé des milliers de corps de prisonniers abattus par le NKVD et leur avoir donné une sépulture et un office, ces hommes pour lesquels il ne formulait qu'une prière : "Hommes, ne vous tirez pas dessus !",
  • -Alexeï Navalnyi, célèbre dissident qui a démontré les liens du pouvoir avec la corruption,
  • -Serge Magnitskiy, juriste russe du groupe "Hermitage" qui a payé de sa vie son attachement à la justice des hommes, etc.
  • ... et tant d'autres qui ont donné leur vie pour la justice.

Chacun à sa manière a dénoncé les abus du pouvoir. A aucun moment "l'Eglise officielle", celle que nous sommes censés rejoindre, ne les a soutenus. Elle était trop occupée à soutenir le pouvoir.... et notamment l'intervention de la Russie aux côtés de la Syrie, qu'elle a justifiée avec des arguments tirés du concept de la guerre juste de saint Augustin... Chrétiens orthodoxes ! le Christ a-t-il été cloué volontairement sur la croix pour que ses disciples, vingt siècles plus tard, se compromettent avec les puissants de ce monde et laissent pourrir les meilleurs d'entre nous ? Et que dire des malheureux au chômage, des enfants des rues, des drogués,

Notre diocèse en acceptant de se retrouver au sein du Patriarcat de Moscou s'apprête à soutenir Poutine. Pendant que l'Eglise des profondeurs souffrait le martyre, l'Eglise officielle, elle, était "bien à l'aise" sous le régime soviétique : pas de contestation (comme avec les "Pussy Riot"), pas de difficultés avec les "autorités", (tout allait "bien", la persécution étant niée… même si elle était réelle), pas de difficultés économiques (l'Etat veillait à tout, il fallait faire bonne mesure... ).

Quoi qu'il en soit, pour les raisons énoncées plus haut, nous ne nous soumettrons pas : il nous est impossible d'accepter l'idée que le Patriarcat de Moscou soit notre autorité. Notre engagement au sein de l'ACER-MJO, comme au sein de l'ACAT ou de tant d'autres associations humanitaires, nous appelle à rester fidèles à notre conception du christianisme et à en défendre les valeurs. Après tout, les canons, devant lesquels nous avons une attitude de révérence inquiète et respectueuse ne sont pas des lois auxquelles nous devons nous soumettre à tout prix, comme le faisait remarquer Mgr Pierre Lhuillier et si l'Eglise avait voulu en faire des lois, elle aurait pu le faire. Nous prions pour que le Seigneur nous guide et nous affermisse dans notre dessein et que les Métropolites Euloge et Platon, membres tous deux du Concile de Moscou en 1917-1918, de bienheureuse mémoire, intercèdent pour nous dans la consolidation de l’Unique voie possible pour l'orthodoxie en Occident.

Michel Sologoub